Edito du Président

Allo la Lune ? … ici la Terre !

Mardi matin paraissait mon précédent édito s’impatientant d’un protocole sanitaire des « colos » qui n’arrivait toujours pas… dans la journée, le protocole sanitaire était diffusé auprès des organisateurs d’accueils collectifs de mineurs.

La réglementation française de l’accueil collectif des mineurs est la plus protectrice du monde : et c’est très bien ainsi. Responsable de formation BAFA-BAFD, responsable associatif, j’en apprécie à la fois les protections, les sécurités qu’elle met en œuvre et en quoi elle exige des engagements éducatifs clairs, en quoi elle attend d’accompagner les enfants qui nous sont confiés dans le parcours de citoyenneté, vers une plus grande autonomie… et met en place les éléments nécessaires permettant que des milliers de jeunes passent des vacances hors de leur famille en toute sécurité.

Le protocole sanitaire a pour but « la sécurité, le contrôle et la traçabilité des séjours » et le « maintien d’une offre de loisirs de qualité ». Evidemment, nous ne pouvons qu’y souscrire !

Mais je me demande si un(e) seul(e) des rédacteurs de ce protocole sanitaire a déjà vu une « colo »… :

  • « la mise à disposition d’objets partagés au sein d’un même groupe doit rester l’exception (ballons, jouets, livres, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) »

Chouette … une balle au camp ou une balle assise … avec un ballon pour chacun

  • « les lits seront placés de sorte à respecter la distance de 2 mètres entre chaque tête de lit, et si cela n’est pas possible, tête bêche »

2 mètres, j’en comprends le lien avec la distanciation physique souhaitée … prenez cependant le temps d’imaginer ce que cela signifie dans des lieux de couchage collectif … Heureusement, le « tête bêche » permet de garder un minimum de lien avec la réalité des centres … encore que j’ai pensé qu’un hébergement en hôtel 5 étoiles devrait permettre de respecter ces 2 mètres !

  • « le port du masque est obligatoire dès 6 ans »

Dans le même temps où il est autorisé de se déplacer sans masque dans les petites communes actuellement, dans le même temps où l’on « desserre » progressivement les obligations sanitaires, tous les enfants (et tous les personnels évidemment, mais je ne parle pas d’eux ici) porteront de leur lever à leur coucher un masque (promis, j’y veillerai pendant les baignades à la plage)

  • « lors de la pratique d’activités, l’observation d’une distanciation physique d’au minimum de 1 mètre s’applique dans la mesure du possible (ou de 2 mètres lorsque le port du masque n’est pas possible) »

Je vous laisse le soin de commenter vous – mêmes … les activités collectives manuelles, sportives, les temps d’échanges … sont le fondement même des séjours de vacances collectives …

  • « lors de la pratique d’activités physiques, la distance doit être au minimum de 2 mètres, sauf lorsque, par sa nature même, l’activité ne le permet pas »

Je traduis pour vous : la 2nde partie de la phrase explique pourquoi la 1ère partie est irréaliste.

  • Et j’aurais pu parler des 2 mètres entre chaque table pendant les moments de restauration …

Je comprends les raisons de ce protocole, la sécurité sanitaire des enfants qui nous sont confiés et des personnels qui vont encadrer les séjours est primordiale.

J’engage les personnels d’encadrement, les personnels techniques de nos séjours à appliquer ce protocole.

Et avant le démarrage des vacances d’été, je remercie toutes celles et tous ceux qui encadreront nos séjours et le « service commun FOL57-PEP LOR’EST » de leur engagement et de l’immense et intense travail fourni et à fournir.

Et j’invite les rédacteurs de ce protocole à envoyer leurs enfants en « colo » (ils en mesureront les bienfaits) et à venir constater dans les colos l’applicabilité de ce protocole.

** les passages en italique sont des extraits du protocole

Solidairement vôtre,

Metz, le 11 juin 2021

Hervé PRITRSKY
Président des PEP LOR’EST

TOP